Histoire moto partie 4

0 Comments

Années soixante

“Ils construisent un quatre cylindres, tu sais”

Dans les années 1960, les motos dans le monde occidental étaient plus qu’un simple moyen de transport, elles sont progressivement devenues des objets de loisirs. Cela a été habilement répondu par les fabricants japonais, qui ont mis sur le marché des produits bon marché mais néanmoins de haute qualité. Initialement principalement des moteurs à quatre temps légers (Honda) et des moteurs à deux temps rapides (Yamaha, Suzuki et Kawasaki). Dans la course sur route, ils ont déjà clairement indiqué où était le plomb technique, mais l’arrivée de la Honda CB 750 en 1969 a été le coup de grâce pour de nombreuses marques européennes. En Europe, les fabricants ont cherché des moyens de survivre. BMW l’a fait en lançant une série de trois modèles (la R 60/5, la BMW R60 / 5 et la BMW R75 / 5) et en les maintenant en production pendant dix ans, en fusionnant davantage les marques britanniques et pour cibler le marché américain, où aucun modèle sportif n’était disponible. Développé et renouvelé en Italie: par Ducati avec les désormais célèbres L-twins, par Moto Guzzi avec les V-twins longitudinaux encore produits. Toute l’industrie britannique s’est finalement effondrée et le reste de l’Europe a également été durement touché. Les marques qui reviennent aujourd’hui comme «exclusives» (et chères) ont baissé durant cette période. Et cela alors que rien de nouveau n’était attendu du Japon. Pendant des années, les gens s’y étaient limités à copier des motos européennes, bien que la tête technique en course sur route, en particulier Honda, ait dû être un signe sur le mur. Honda a couru avec deux cylindres de 50 cc, cinq cylindres de 125 cc et six cylindres de 250 et 300 cc, tous quatre temps. Les deux temps du Japon (deux cylindres Suzuki de 50 et 125 cc, quatre cylindres Yamaha de 125 et 250 cc) étaient également difficiles à battre. Il est juste de dire qu’après l’effondrement du marché des motos, les constructeurs européens étaient heureux d’avoir survécu aux années 50; il n’y avait pratiquement pas d’argent pour le développement. Une caractéristique de la naïveté européenne peut résider dans une remarque dans les couloirs du groupe BSA: après une réunion du conseil d’administration en 1968, un participant qui avait entendu parler du CB 750 avait remarqué avec désinvolture: “Ils construisent un quatre cylindres, vous savoir “. La réunion a repris immédiatement et la production du BSA Rocket 3 et du Triumph Trident a été décidée. Ce fut en vain.

Années soixante-dix

Moteurs à quatre cylindres épais et Wankel

Dans les années 70 et 80, une certaine stabilité est apparue. En Amérique, Harley-Davidson existait toujours, en Europe BMW et Moto Guzzi, entre autres. Ils ont survécu précisément en respectant leurs propres principes de moteur: les Harleys avec leurs v-twins transversaux, les BMW avec leurs moteurs boxer longitudinaux et les Moto Guzzis avec leurs v-twins transversaux. Bien sûr, plus de marques ont survécu, mais elles étaient plus ou moins “au goutte à goutte”. Leur vie dépendait souvent du soutien du gouvernement. En tout cas, le rideau est tombé pour les marques britanniques, réunies à Norton-Villiers-Triumph. Triumph et Norton étaient les seules marques à avoir survécu, mais ce n’était pas le cas dans les années 1970. Les marques japonaises ont lancé leur propre course pour la “superbike” la plus grande, la plus lourde et la plus solide. Tous avaient un lourd quatre cylindres à quatre temps dans leur programme, mais Honda a déjà proposé une nouvelle arme en 1974, que Honda Goldwing, Kawasaki a présenté le six cylindres Z 1300 en 1978, mais Honda a également proposé un CBX 1000 à six rayons, assez curieusement. motos directement, alors que Benelli avait déjà lancé le “750 Sei” en 1972 et même un six cylindres “900 Sei” en 1978, avec un succès minime. Les années 1970 ont également marqué l’ère du moteur Wankel. Hercules, MZ, Suzuki, Van Veen, Yamaha et Norton ont fait une tentative, mais au final le concept n’était pas viable.

En savoir plus sur la page suivante