Moto

Une moto, ou une moto pour faire court, est un véhicule motorisé à deux roues, éventuellement avec un side-car ou une remorque. Dans les premières années, fin du 19e et début du 20e siècle, des expériences ont été menées avec différentes sources d’énergie, mais à partir des années 1930, le moteur à combustion interne est courant. Les moteurs électriques sont également utilisés au 21e siècle. Les véhicules plus légers et plus lents qu’une moto peuvent être considérés comme des «cyclomoteurs»; ce qui ne répond pas aux exigences est considéré comme une moto. Cela s’applique, par exemple, aux cyclomoteurs boostés. Certains véhicules, tels que les quadricycles légers (quads), qui étaient auparavant considérés comme des motos, sont des voitures depuis la modification de 2009.

Moto Harley-Davidson

Comment est né le nom de moto?

Le nom de “moto” a été attribué pour la première fois en tant que “Motorrad” à la première moto de production, la Hildebrand & Wolfmüller en 1895, qui avait également beaucoup de vélos avec un moteur. Hildebrand & Wolfmüller a également déposé ce nom. L’Américain E.J. Pennington prétend avoir utilisé le nom de “moto” dès 1893. Cependant, cet homme est devenu connu pour ses projets ratés, qui ont néanmoins toujours été annoncés avec beaucoup de malice. En France, le nom “Motocyclette” a été enregistré par les frères Werner. Parce que ce nom n’était pas apprécié par d’autres producteurs, Terrot a utilisé le nom “Motorette”. Ils ont simplement nommé leurs premières motos Motorette n ° 1, Motorette n ° 2, etc. Clément a appelé ses motos “Autocyclette”.

Histoire

19ème siècle

Motos à vapeur et moteurs à essence

Dès les années 1970, Sylvester Howard Roper a présenté des spectacles avec une voiture à vapeur et un vélocipède à vapeur aux États-Unis. Il organisa également les premières courses de motos, mais en l’absence d’un adversaire, il monta à cheval. Comme il existe une incertitude quant à la “date de naissance” exacte du vélocipède à vapeur de Roper, il est possible, bien que peu probable, qu’il ait construit la toute première moto. Des sources contredisent cela, mais les années 1868 et 1869 sont mentionnées plus souvent que l’année 1867. Le vélocipède à vapeur Michaux-Perreaux a été construit presque à la même période, mais Michaux a breveté sa machine en décembre 1869. La plupart des sources indiquent Michaux comme constructeur de la toute première moto. Vers 1884, Lucius Copeland à Phoenix, en Arizona, a également construit des motos avec un moteur à vapeur intégré. Il s’agissait également davantage d’appareils d’exposition que de moyens de transport. Copeland a même joué avec lui dans le P.T. Cirque Barnum sur. Malgré l’apparition du moteur à essence à Gottlieb Daimlers Einspur en 1885 et la production en série du Hildebrand & Wolfmüller en 1894, certains fabricants ont longtemps gardé le moteur à vapeur (Langford même jusqu’en 1915). Parmi les autres fabricants de motos à vapeur, citons Dalifol, De Dion-Bouton, Genève et Michaux. Einspur de Daimler a été la première percée technique. Alors que l’ottomoteur d’origine ne fournissait que 1 ch pour 600 kg, le moteur Einspur de 245 cm3 l’a porté à 0,5 ch, ce qui a finalement donné 1 ch pour 40 kg. De plus, le moteur fonctionnait non seulement au gaz, mais aussi à l’essence. Aux États-Unis, la propulsion à vapeur a été maintenue plus longtemps qu’en Europe, où le développement des moteurs à combustion interne a démarré beaucoup plus tôt. Par ailleurs, il y a un dessin de 1818 (un an après l’invention de la draisine) qui montre déjà un vélo à vapeur, le Vélocipèdraisiavaporianna, qui n’a probablement jamais vraiment roulé.

Production en série

Comme mentionné, la Hildebrand & Wolfmüller est devenue la première moto produite en série. La vapeur a parfois conquis l’essence en termes de vitesse, mais pas en termes de fiabilité. Albert De Dion avait un tricycle à vapeur conçu par les ingénieurs Georges Bouton et Alain Trépardoux dès 1881. Cette machine était inégalée en compétition depuis des années. En 1887, une compétition avait lieu où la “compétition essence” ferait enfin taire le De Dion-Bouton, mais pas un seul adversaire ne se présentait. Ce n’est qu’en 1891 que la machine perd un match contre Léon Serpolle sur la fiabilité. Mais aussi ce moteur à vapeur utilisé. En 1894, une sérieuse compétition avec 38 entrées, essence et vapeur, est organisée. 21 ont commencé et 17 ont terminé. Le Dion a encore gagné, mais cette fois les moteurs à essence ont montré une certaine supériorité, notamment en termes de fiabilité. Cependant, l’affaire n’était pas encore réglée. Seul le résultat d’une course ultérieure, Paris-Rouen en 1894, est déterminant. Le jury avait placé le vainqueur De Dion à la deuxième place, car la facilité d’utilisation et la fiabilité étaient également prises en compte. Panhard & Levassor et Peugeot avaient fait forte impression avec leurs moteurs à essence et c’était le verdict sur la machine à vapeur. Une fois convaincu, le comte de Dion se tourna vers les moteurs à essence et redevint le premier à mettre en place une ligne de production avec des tricycles à moteur à essence rapides et fiables. Les moteurs De Dion-Bouton ont également été utilisés comme moteurs intégrés par de nombreux autres fabricants. Au cours de cette période, il n’était pas encore certain que les deux ou trois roues soient plus viables. Le développement des motos s’est poursuivi dans le monde entier, chaque pays ou continent étant confronté à ses propres obstacles.